Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie








 




Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Beethoven
Pour un sou perdu

Enguerrand-Friedrich Lühl-Dolgorukiy, piano

POL 126 140

11
télécharger le bon de commande

 
 
Polymnie
PolymniePolymniePolymnie

Beethoven

Sonate n°8 Pathétique op.13
Grave-Allegro di molto e con brio

Adagio cantabile

Rondo-Allegro

Sonate n°14 Clair de lune op.27 n°2
Adagio sostenuto 

Allegretto 

Presto agitato

Rondo "Pour un sou perdu" op.129
“all’ungherese quasi un capriccio” 


   
 

Beethoven


Sonate n°8 Pathétique op.13

Beethoven composa cette sonate entre 1798 et 1799 et elle fut publiée en décembre de la même année sous le titre français Grande Sonate Pathétique, avec une dédicace au prince Lichnowsky, mécène du compositeur depuis son arrivée à Vienne en 1792. L’œuvre appartient à la période où Beethoven commença à affirmer son propre style en se détachant progressivement de l’influence de Haydn et de Mozart. Œuvre brillante et novatrice, elle peut être considérée comme le premier chef-d’œuvre pianistique de son auteur.


Sonate n°14 Clair de lune op.27 n°2

Composée en 1801 et publiée l’année d’après avec une dédicace à la comtesse Giulietta Guicciardi, jeune femme de dix-sept ans dont le musicien semble avoir été amoureux. Comme sa jumelle la sonate n°13, Beethoven l’intitula Sonata quasi une Fantasia per il clavicembalo o piano-forte, pas tant pour traduire sa volonté de s’affranchir des structures formelles de la sonate classique que pour le sentiment d’improvisation que suscite le célèbre premier mouvement.


Sonate n°23 Appassionata op.57
L’œuvre maîtresse de Beethoven pour le piano fut écrite entre 1804 et 1805. Elle fut dédiée au comte Franz von Brunskwick, ami et admirateur du musicien. La sonate fait partie, avec la Waldstein, op.53 et Les Adieux, op.81a, des trois sonates pour piano les plus célèbres de sa période dite "héroïque". Contrairement à la Pathétique, l’Appassionata n’a pas été surnommée ainsi du vivant du compositeur, mais en 1858 par un éditeur qui en a publié un arrangement pour piano à quatre mains.


Rondo “all’ungherese quasi un capriccio” op.129
„Die Wuth über den verlorenen Groschen“

Colère pour un sou perdu est un rondo inachevé composé en 1795 et complété par Anton Diabelli en 1828 pour une édition posthume (puis retouché par Lühl pour le présent enregistrement). Son titre original est Rondo a capriccio, avec l’indication de tempo all-ungherese, quasi un capriccio. L’adjonction du titre „Wuth über den verlorenen Groschen ausgetobt in einer Kaprize“ provient d’une main inconnue mais le titre Leichte Kaprize (caprice léger) qui figure en page de garde du manuscrit original est bien du compositeur. On a lontemps cru que l’œuvre avait été composée vers 1822-23, mais l’autographe de Beethoven retrouvé aux Etats-Unis en 1945 comporte des différences avec l’édition originale de Diabelli. La dernière page de l’autographe contient différentes esquisses d’œuvres des années 1795-98, d’où l’on peut conclure que le Rondo fut composé vers cette époque. Le numéro d’opus (129) qui manquait dans l’édition originale de 1828 a été mis en usage par les éditeurs quelques années plus tard.




Polymnie

Beethoven

Sonata #8 Pathétique op.13
1. Grave-Allegro di molto e con brio 2. Adagio cantabile
3. Rondo-Allegro
Beethoven composed this sonata between 1798 and 1799 and was published with the French caption "Grande Sonate Pathétique". The work was dedicated to Prince Lichnowsky, one of the composer’s sponsors since he settled in Vienna in 1792. The sonata belongs to the period in which Beethoven was about to reach his very personal musical style, leaving behind his teacher Haydn and his esteemed contemporary colleague Mozart. It was regarded as one of the great early masterpieces from the beginning of the piano supremacy.

Sonata #14 Clair de lune op.27 n°2
One of Beethoven's pianoforte instruments during his stay in Vienna - Kunsthistorisches Museum
Composed in 1801, published the following year and dedicated to Countess Giulietta Guicciardi, a young 17-year old woman for whom Beethoven seems to have developed feelings. Like his twin sister, the previous sonata #13, the composer entitled it Sonata quasi una Fantasia per il clavicembalo o piano-forte, not for his will to go past the traditional structure of a classical sonata, but to insist on the improvised character provided by the famous first movement.

Sonata n°23 Appassionata op.57
1. Allegro assai
2. Andante con moto
3. Allegro ma non troppo
Beethoven’s undisputed masterwork was written between 1804 and 1805 and was dedicated to Count Franz von Brunswick, a friend and great admirer of the musician’s art. This sonata belongs to the cycle of three sonatas, including the Waldstein op.53 and "Les Adieux", op.81a. Contrary to the "Grande Sonate pathétique", the Appassionata was not nicknamed by its composer, but by a less renowned publisher, who had performed an arrangement of the work for piano duet in 1856.

Rondo “all’ungherese quasi un capriccio” op.129
„Die Wuth über den verlorenen Groschen“
This unfinished rondo was composed in 1795 and completed by Anton Diabelli in 1828 for a posthumous publishing project (later on revised by Lühl for the present recording). Its original title is Rondo a capriccio, with a tempo indication all’ungherese, quasi un capriccio. The German title „Wuth über den verlorenen Groschen ausgetobt in einer Kaprize“ comes from a later unknown hand, whereas the German subtitle Leichte Kaprize has been added by Beethoven himself. Much has been speculated about the dating of this work; recent studies have shown that the last page of the manuscript features different sketches from works which have been completed in 1795-98, which today makes us conclude that the capriccio must have been written around the same period. The opus number (129), missing in the original 1828 edition, has been added by later publishers.


Polymnie

 

Lühl-Dolgorukiy travaille en collaboration avec les éditions phonographiques Polymnie pour l’intégrale de l’enregistrement de ses œuvres. Sont déjà disponibles ses quatre premiers Quatuors à cordes (POL 480 243 et POL 480 364), le Requiem Vauban (POL 790 344), sa cinquième Symphonie sous sa direction (POL 990 361) et de nombreux CD Rachmaninoff, dont le deuxième Concerto pour piano op. 18 et la Rhapsodie sur un thème de Paganini dans une réduction pour deux pianos de l’auteur. Notons aussi un travail considérable avec l'édition des oeuvres de John Williams Star Wars, (POL 151 686) Harry Potter (POL 105 109), Jurassic Park, (POL 108 115)... D’autres albums sont en préparation.


 

Polymnie

 

Lühl's recordings are available at the music label Polymnie, for which he already recorded several works of his own, conducting an orchestra for his Fifth Symphony (POL 990 361), or playing the piano, and more recently a CD of piano pieces by S. Rachmaninoff and the Rhapsody on a theme by Paganini as well as the Second piano concerto op. 18 (POL 150 865), also several CD by John Williams, Star Wars, (POL 151 686) Harry Potter (POL 105 109), Jurassic Park, (POL 108 115)... Lühl is planning to record his entire work (about 50 CDs).





Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •